Bon et meilleur avocat pas cher à RENNES !

Je veux un avocat pas cher et qu'il soit le meilleur. Voilà une recherche qui revient souvent dans les requêtes Google ! Mais était-elle vraiment pertinente ? N’est-elle pas simplement une réaction à un manque de transparence ? Voici des explications concrètes !

 

1. Meilleur avocat à RENNES !

Je doute fort qu’un avocat à RENNES (ou ailleurs) se revendique ouvertement comme le meilleur avocat de tel ou tel domaine du droit :

  • D’une part, car chaque avocat s’est engagé à respecter un certain nombre de principes dont ceux de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie, tels qu’exposé dans le Règlement Intérieur National de la Profession d’avocat.
  • D’autre part, car si la mention de la spécialisation permet d’attester des compétences spécifiques de l’avocat dans un domaine, l’obtention d’un certificat de spécialisation n’est pas obligatoire. Un avocat peut être très compétent, même sans spécialisation.
  • Enfin et surtout, car il s’agit d’une appréciation très subjective qui dépend beaucoup de l’attente du client. Un client en confiance avec son avocat

Pour ma part, j’attache une grande importance à offrir à mes clients et partenaires un accompagnement de qualité, avec une écoute attentive et la délivrance d’une information régulière sur l’opportunité des suites à donner au dossier :

  • Quelles sont les solutions amiables et judiciaires ?
  • Quelle est la durée prévisible ?
  • Quel est le coût prévisible ?

Je réponds à ces questions dès le premier rendez-vous, car elles sont un préalable indispensable pour l’établissement d’une relation de confiance.

Un client en confiance dira toujours qu’il a fait le meilleur choix d’avocat !

 

2. Quel bon avocat pas cher à RENNES ?

Cette question aborde de manière biaisé le sujet.

A mon sens, le meilleur avocat à RENNES (ou ailleurs) est un avocat compétent et a reçu toute la confiance de son client. Il sera également jugé de « meilleur avocat » par son client si le tarif pratiqué lui a paru juste par rapport à la situation.

Si le montant des honoraires est fixé librement, soit pris en considération les usages, la situation de fortune du client, la difficulté de l’affaire, les frais exposés par l’avocat, sa notoriété et les diligences de celui-ci.

Les honoraires de l’avocat doivent donc être justes et transparents.

Il est donc pour moi très important d’être clair sur les honoraires.

 

3. Comment sont fixés les honoraires de Maître Vianney LEY, avocat à RENNES ?

Je reçois toujours mes clients dans le cadre d’un premier rendez-vous facturé 25 € HT, soit 30 € TTC (après application d’une TVA à 20 % : honoraires et TVA applicables au 1er septembre 2021).

Ce premier rendez-vous accessible à tous a pour objet de permettre une analyse de situation juridique et des attentes du client, mais aussi les gains, les risques et le coût prévisible pour chaque action possible.

Il s’agit ni plus ni moins de déterminer ensemble l’opportunité des actions à mener.

Si le client choisi de me confier la défense de ses intérêts, les honoraires qui auront été déterminés, seront ensuite précisément rappelés dans le cadre d’une convention écrite, détaillée et signée par les deux parties.

 


Mes honoraires pourraient par exemple être fixés de la manière suivante :

 I) Frais d’ouverture du dossier : 150,00 € HT

 II) Phase précontentieuse / amiable : Facturation au temps passé sur une base horaire de 150,00 € HT/L’heure

(Le mandataire s’engage en conséquence à adresser au mandant des fiches de diligences indiquant précisément le temps passé)

 III°) Forfait de base en cas de procédure contentieuse : 3 000,00 € HT/Instance

Le forfait de base comprend :

  • La rédaction d’une assignation puis du 1er jeu de conclusions ou la rédaction des deux 1ers jeux de conclusions
  • Rédaction et communication de 2 bordereaux de pièces ou de 2 sommations de communiquer ou d’un bordereau de pièces et d’une sommation de communiquer
  • 3 Audiences de mise en état ou de renvoi
  • 1 Audience de plaidoiries

Attention les frais et débours ne sont pas compris dans le forfait de base.

 IV) Les diligences non couvertes par le forfait de base donneront lieu à la facturation des honoraires complémentaires suivants :

  • Rendez-vous, consultation : 75,00 € HT / Rendez-vous / consultation (Il est précisé que les entretiens téléphoniques destinés à recueillir des conseils, analyser des documents ou situations nouveaux, communiquer des informations, des réflexions ou des instructions détaillées sont facturés comme des rendez-vous complémentaires)
  • Rédaction d’une assignation supplémentaire (en sus de celle visée dans le forfait de base) : 1 200,00 € HT / Acte
  • Analyse des conclusions adverses et rédaction des conclusions supplémentaires (en sus de celles visées dans le forfait de base) : 900.00 € HT / Conclusions
  • Audience de mise en état ou de renvoi supplémentaire (en sus de celles visées dans le forfait de base) : 150,00 € HT / Audience
  • Rédaction de bordereau de pièces ou sommation de communiquer supplémentaires (en sus de celles visées dans le forfait de base) : 150,00 € HT / Acte
  • Préparation d’un dossier de plaidoirie (D.P.) supplémentaire (en sus de celui visé dans le forfait de base) : 250,00 € HT / Dossier de plaidoirie
  • Préparation et audience de plaidoiries (incluant les temps d’attente à l’audience) : 600,00 € HT / Audience
  • Rédaction d’une déclaration d’Appel : 300,00 € HT / Déclaration
  • Toute prestation qui devra être réalisée en sus, fera l’objet d’une facturation au temps passé sur une base horaire de : 150,00 € HT / L’heure (Le mandataire s’engage en conséquence à adresser au mandant des fiches de diligences indiquant précisément le temps passé)

 

Une fois encore, il ne s’agit là que d’un exemple et non d’une offre contractuelle, car chaque demande est étudiée au cas par cas et, conformément aux usages, en considération des éléments :

  • Le temps consacré à l’affaire,
  • Le travail de recherche,
  • La nature et la difficulté de l’affaire,
  • L’importance des intérêts en cause,
  • L’incidence des frais et charges du cabinet auquel il appartient,
  • Sa notoriété, ses titres, son ancienneté, son expérience et la spécialisation dont il est titulaire,
  • Les avantages et le résultat obtenus au profit du client par son travail, ainsi que le service rendu à celui-ci,
  • La situation de fortune du client.

 

4. Quels sont les modes de règlement acceptés ?

Sous la réserve des plafonds légaux et réglementaires applicables, j’accepte les règlements en espèces, par chèque et par virement (information valable au 1er septembre 2021).

En cas de paiement par espèces, un reçu est systématiquement délivré.

 

5. Est-il possible d’obtenir un devis ?

Je peux bien entendu établir un devis, à la demande.

Une fois encore, la question des honoraires est, dans tous les cas, abordée lors du premier rendez-vous.

N’hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne via la page contact !

 

6. Puis-je bénéficier d’une prise en charge des honoraires de mon Avocat ?

Il est en effet possible de solliciter la prise en charge de tout ou partie des honoraires de l’avocat à RENNES (ou ailleurs) par l’Etat.

Il s’agit de l’aide juridictionnelle.

Pour pouvoir en bénéficier, le requérant doit répondre aux 3 conditions suivantes :

  1. Ressources sont inférieures à un plafond ;
  2. L’action en justice envisagée n’est pas irrecevable ou dénuée de fondement ;
  3. Absence d’assurance de protection juridique couvrant les frais.

(Plus d’information sur le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F18074)

S’il est fait droit à la demande, l’avocat acceptant l’aide juridictionnelle sera indemnisé en tout ou partie par l’Etat.

Vous pouvez faire une simulation d’aide juridictionnelle en ligne pour savoir si vous pouvez en bénéficier.

Il est également possible d’obtenir une prise en charge totale ou partielle par son assureur, si une assurance protection juridique a été souscrite. Attention, la souscription d’une telle assurance rend irrecevable toute demande de prise en charge dans le cadre de l’aide juridictionnelle.

Nota : les frais d’avocat exposés au cours de la phase amiable (c’est-à-dire avant la rédaction de l’acte introductif d’instance et la saisine du juge) ne sont pas pris en charge au titre de l’aide juridictionnelle.